MV anecdotes
2217 anecdotes trouvées
Page / 93  
La carte Timeless Dragon fait référence à Eternal Dragon de par son nom, ses force et endurance, ainsi que ses capacités, celle d'Eternalize remplaçant le renvoi dans la main depuis le cimetière ; cette capacité est aussi un jeu de mots sur le nom de l'Eternal Dragon.
La carte Harmless Offering est une version "color-shifted" de Donate.
La carte Ashnod's Battle Gear, de l'édition Antiquities et illustrée par Mark Poole, s'inspire du design de l'armure d'Iron Man, comme en attestent les couleurs utilisées (rouge et or) et le heaume percé de deux rainures horizontales pour les yeux.
La capacité déclenchée de Zo-Zu the Punisher est inspirée de la carte Ankh of Mishra.
La carte Hall Monitor est un jeu de mots autour du mot anglais "Monitor", qui veut dire "surveillant", mais aussi "varan" (voir cette anecdote).
Strixhaven étant une immense institution scolaire, le Hall Monitor est donc un surveillant qui est aussi un varan, d'où son type de créature Lézard.
La carte Demonic Tutor, de l'édition Limited (Alpha) et illustrée par Douglas Shuler, a vu son pentagramme sur le front disparaître à partir de l'édition Summer Magic, tout comme pour la carte Unholy Strength (voir cette anecdote).

En effet, en 1994, après un an d'existence, le jeu Magic: the Gathering cherche à gagner de nouveaux marchés mais fait face aux accusations de parents et de figures religieuses : il est alors présenté comme un outil d'endoctrinement du satanisme, car il permet de jouer avec des démons et des cartes représentant des pentagrammes inversés. Craignant pour l'image de marque du jeu, les concepteurs jouent la carte du "politiquement correct", et éliminent tous les démons et les références démoniaques du jeu.

Notons aussi qu'entre 1994 et 1995, les éditions The Dark, Fallen Empires et Homelands n'incluent aucune créature de type Démon (voir cette anecdote).

Source 1 - Source 2
La carte Goblin Firestarter fait référence à Mogg Fanatic de par son coût de mana, son type de créature, ses force et endurance, et enfin sa capacité activée.
La carte Recycla-Bird préfigure l'arrivée des marqueurs de capacités à mots-clefs, qui seront introduits seulement avec Ikoria Lair of Behemoths, 6 mois plus tard.
La carte Dakkon, Shadow Slayer représente le Planeswalker Dakkon, héros de plusieurs Comics liés à Magic, après son ascension en tant que Planeswalker. Il avait déjà été représenté, en tant que mortel, par la carte Dakkon Blackblade. Il était à l'époque un forgeron réputé et la Planeswalker Geyadrone Dihada, ayant perçu l'étincelle en lui, l'avait manipulé pour lui faire forger la Blackblade, épée démoniaque capable de s'emparer de la force des ennemis vaincus.

C'est sous l'influence de Dihada que Dakkon, à l'aide de la Blackblade, avait tué l'Ancêtre Dragon Piru, the Volatile. Des milliers d'années après, la lame a été reforgée et est devenue la Blackblade Reforged, maniée alors par Gideon Jura qui espérait se servir de son pouvoir pour vaincre l'un des frères de Piru, Nicol Bolas.

Les trois cartes Dakkon, Shadow Slayer, Dakkon Blackblade et Blackblade Reforged ont en commun d'augmenter leur puissance en fonction du nombre de terrains contrôlés.
Les cartes Canal Monitor, Korozda Monitor, Shefet Monitor et Weldfast Monitor font l'objet d'une erreur de traduction en français. Elles ont toutes le type de créature Lézard et portent toutes le nom de "Monitor", traduit en français par Surveillant. Cependant en anglais, un "Monitor Lizard" ou simplement "Monitor", est un Varan.

Ce nom provient d'une ancienne légende égyptienne selon laquelle les Varans du Nil avertissaient de la présence de Crocodiles du Nil. Ces animaux étaient appelés "waran", avertisseur en égyptien, mot qui est à l'origine des expressions anglaises "Monitor Lizard" et "Monitor" (par traduction), ainsi que du mot français Varan (par francisation).

Les traductions en français seraient donc, plutôt que des Surveillants :
Canal Monitor : Varan de canal ;
Korozda Monitor : Varan de Korozda ;
Shefet Monitor : Varan de Shefet ;
Weldfast Monitor : Varan de Vive-soudure.

Le nom du Spire Monitor, qui est quant à lui un Drakôn, est un jeu de mots autour de "Monitor Lizard", basé sur la comparaison des Drakôns à de gros Lézards ; un peu dans le même esprit que le terme "Winder", abréviation de "Sidewinder" (Crotale) est utilisé pour de nombreux serpents et autres reptiles de Magic (voir cette anecdote).
Les cartes Skullwinder, Spire Winder, Dreamwinder, Striped Riverwinder et Skywinder Drake représentent toutes des créatures serpentiformes possédant le mot "Winder" dans leur nom, et ayant fait l'objet d'erreurs, ou tout le moins de grandes difficultés de traduction dans leur nom.

En anglais, le mot "Sidewinding", littéralement "enroulement sur le côté", désigne le mode de déplacement très particulier de certains serpents du désert sur le sable, qui se projettent sur le côté pour ne pas s'enfoncer. On retrouve le terme "sidewinder" dans le nom de plusieurs serpents du désert, comme la Vipère à cornes du Sahara ("Sahara sidewinder"), la Vipère du Namib ("Namibian sidewinding adder") ou encore le Crotale des déserts américains ("Sidewinder rattlesnake").

Le suffixe "winder" a été utilisé pour décrire plusieurs espèces de serpents ou de créatures serpentines imaginaires de l'univers de Magic, se déplaçant dans des milieux meubles autres que le sable :

• le Skullwinder, un Serpent se déplaçant non pas sur le sable, mais sur les ossements ;
• le Spire Winder, un Serpent volant se déplaçant en ondulant dans l'air ;
• le Dreamwinder et le Striped Riverwinder ne sont pas des Serpents, mais de Grands serpents de mer, évoluant dans la mer pour le premier, dans la rivière Luxa sur Amonkhet pour le second ;
• le Skywinder Drake n'est pas un Serpent, mais un Drakôn au corps allongé et serpentin. Comme pour le Spire Winder, c'est une créature volante, qui se déplace en ondulant dans l'air.

Enfin, deux cartes de Magic non-Serpent portent le nom complet "Sidewinder" : il s'agit du Sidewinder Sliver et du Sidewinder Naga. Dans les deux cas, le terme a été traduit par Crotale.
Le Chuckwalla est une sorte d'iguane du désert, qui a inspiré plusieurs créatures de l'univers de Magic. Le suffixe "walla", intraduisible lui-même et désignant ce genre de gros lézards, a été adapté pour inventer plusieurs espèces fictives de gros reptiles apparentés à des iguanes ou des lézards ; il a été assez grossièrement traduit en français, faute de mieux, par le terme Agame (une famille de gros lézards assez proche des iguanes):

• le Rootwalla (de "root", racine), figuré sur les cartes Rootwalla, Plated Rootwalla et Basking Rootwalla, originaires de Rajh et que l'on retrouve plus tard sur Dominaria ;
• le Sandwalla (de "sand", sable), figuré sur la carte Frilled Sandwalla, originaire d'Amonkhet ;
• et le Frostwalla (de "frost", givre), figuré sur la carte Frostwalla.

Ces créatures partagent toutes une mécanique similaire, leur permettant de se renforcer une seule fois chaque tour.
La carte Flametongue Yearling fait référence à Flametongue Kavu de par son nom, son type de créature, son effet de blessures à une créature, et enfin son illustration.
L'illustration d'Eric Deschamps de la carte Plains, de l'édition Prerelease Promos, a été initialement créée pour le marketing de l'édition Dragon's Maze.

Source : Eric Deschamps (@deschampsart), 5:02 PM · 2 févr. 2021 a écrit :
A little more marketing art. This one is from Dragon's Maze and ended up being turned into a promo plains card.

#mtgart #mtgartist #planeswalker #magicthegathering
Jace, the Mind Sculptor apparaît avec une illustration d'Eric Deschamps sur le packaging du Fat PackWorldwake.
Les neuf cartes "Helper Card" ou cartes de substitution pour les cartes recto-verso, de l'édition Strixhaven, illustrées par Piotr Dura forment un panorama. L'illustration complète est celle de la carte Archway Commons.
Les cinq cartes Plains, Island, Swamp, Mountain et Forest, de l'édition Secret Lair, sont les seules cartes de Magic à ne pas avoir d'illustration : la boîte de texte occupe en effet tout l'espace qui lui est habituellement réservé.
La carte Plateau est le seul biland originel à avoir une illustration différente lors de sa réédition dans la 3ème Édition, cela à cause d'un problème informatique : le fichier de scan de l'illustration originale était corrompu, tandis que celle-ci avait été égarée. Wizards a alors utilisé l'illustration de Plateau prévue pour la réédition des bilands - abandonnée - en Ice Age.
Cette dernière illustration est de Cornelius Brudi et créditée à tort à Drew Tucker, qui lui est l'auteur de l'illustration originale.

Source
Wyleth, Soul of Steel apparaît avec une illustration d'Anna Podedworna sur le packaging du deck préconstruit Arm for Battle — Commander Legends dont il est le Commandant.

Anna Podedworna illustre d'ailleurs les deux packagings des decks préconstruits Commander Legends (voir cette anecdote).
Jodah, Archmage Eternal est le possesseur du puissant Reflecting Mirror; il jouit d'une jeunesse éternelle grâce à la Fountain of Youth dans laquelle il s'est trempé sans connaître son pouvoir.
Il apparaît sur les cartes Jaya's Immolating Inferno (à l'avant-plan, au sol) et Time of Ice (voir cette anecdote).

Source
La carte Brainstone fait référence à Brainstorm de par son nom, sa valeur de mana et son effet.
La carte Trash for Treasure fait référence à Tinker de par son coût de mana, son type et son effet, avec comme champ de recherche le cimetière au lieu de la bibliothèque.
La carte Urza's Saga est le deuxième Terrain-Enchantement imprimé après la playtest card Enchanted Prairie, et contrairement à elle (voir les règles de légalité des cartes de l'édition Mystery Booster — Convention Edition), le premier légal en tournoi.

Le nom de la carte est un jeu de mots autour :
• du sous-type de Terrain Urza's, initialement conçu pour les cartes de l'Urzatron (voir cette anecdote), Urza's Mine, Urza's Power Plant et Urza's Tower, puis réutilisé pour Urza's Factory, et
• du sous-type d'Enchantement Saga.
Les deux sous-types Urza's et Saga accolés, on obtient le nom de l'édition Urza's Saga; la carte présente aussi ces sous-types, dont la traduction correcte en français serait "Terrain d'Urza et Saga" plutôt qu'"Épopée d'Urza".

Urza's Saga devient ainsi la seizième carte à porter le même nom qu'une édition (voir cette anecdote).
Il existe seize cartes Magic qui portent le même nom qu'une édition.

Visions
Weatherlight
Urza's Saga
Prophecy
Apocalypse
Torment
Onslaught
Cold Snap
Time Spiral
Planar Chaos

Future Sight
Morningtide
Conflux
Mirrodin Besieged
Conspiracy
Hour of Devastation
2217 anecdotes trouvées
Page / 93